Menu Fermer
Comment devient-on vétérinaire ? Vous avez toujours voulu être vétérinaire ? Devenir le médecin des animaux vous fait rêver mais vous avez souvent entendu que les études étaient longues et fastidieuses ? Même si, il est vrai qu’on ne devient pas vétérinaire par hasard, c’est néanmoins possible avec beaucoup de travail et une vraie passion. 1) Des études longues mais enrichissantes - Le parcours Bac S et classe préparatoire : la voie royale Pour débuter des études de vétérinaire, il vaut mieux avoir un attrait pour les matières scientifiques. Mathématiques, biologie, physique… Les étudiants sortant d’un Bac Scientifique seront donc avantagés par les connaissances qu’ils auront apprises par le passé, et peuvent intégrer la Prépa « BCPST » : Biologie, Chimie, Physique et Sciences de la Terre ; ou bien la prépa « TB » : Technologie et Biologie. Celles-ci durent 2 ans et préparent au concours A de Docteur Vétérinaire, permettant d’accéder aux Ecoles Nationales Vétérinaires (ENV). Ces classes préparatoires sont le moyen le plus « simple » d’accéder aux ENV, en effet elles représentent 465 places sur les 600 offertes par les quatre écoles réunies. Mais il ne faut pas oublier qu’un travail opiniâtre vient à bout de tout. Car même si, sans prépa BCPST ou TB, la voie ne semble pas toute tracée, il existe des admissions parallèles à ces quatre écoles. - Le parcours Bac + 2 et concours : la voie de la deuxième chance Bien que les taux d’admission soient moins importants que ceux obtenus en sortant de prépa, il est possible d’intégrer une ENV après avoir obtenu un Bac + 2. Les concours B, C, D et E, représentent à eux quatre 148 places. Ils sont accessibles, dans l’ordre : • Après l’obtention de certaines licences professionnelles scientifiques • Après l’obtention d’un Brevet de Technicien Supérieur Agricole (BTSA), d’un Brevet de Technicien Supérieur (BTS) Analyse de biologie médicale, ou d’un Diplôme Universitaire de Technologie (DUT) Génie biologique. • Aux titulaires du diplôme d’Etat de Docteur en médecine, chirurgie dentaire ou pharmacie. • Aux étudiants de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon ou de Paris Saclay qui, lors de la session précédente, étaient sur la liste principale du concours A. Quelque soit la voie d’admission choisie, le candidat ou la candidate faisant partie des 9 à 21% sélectionnés, pourra intégrer une des quatre Ecoles Vétérinaires en France, celle de Maisons-Alfort, de Toulouse, de Nantes ou enfin de Lyon. Les frais de scolarité sont d’environ 2500€ par an. 2) Une formation et un travail de passionné Une fois l’Ecole Vétérinaire intégrée, la formation dure 5 ans, répartie entre enseignements théoriques et pratiques. Les quatre premières années constituent la formation initiale. Elles sont complétées par une année d’approfondissement, c’est là que la spécialisation s’effectue. Les étudiants ont le choix entre le secteur professionnel des animaux de compagnie, des animaux de production, des équidés, de la santé publique vétérinaire, de la recherche ou de l’industrie. Les vétérinaires sont donc formés à être pluridisciplinaires (généraliste, dentiste, mais aussi pratiquer la chirurgie ou la radiologie), et polyvalents (animaux domestiques ou sauvages, exercer en ville ou à la campagne… etc). Le cursus en ENV, une fois validé, ouvre la voie à la soutenance de la thèse de Doctorat Vétérinaire. C’est une fois ce diplôme obtenu que les étudiants deviennent vétérinaires et peuvent ensuite avoir le choix entre divers métiers. L’Ordre des Vétérinaires classe les principaux domaines professionnels au nombre de trois (la santé et la protection des animaux, la sécurité sanitaire des aliments et de santé publique, la préservation de la faune et de l’environnement). Les métiers qui découlent de ces domaines sont très variés : • Vétérinaire praticien • Vétérinaire conseil dans les élevages en filière organisée • Vétérinaire inspecteur • Vétérinaire directeur d’un laboratoire public • Vétérinaire biologiste • Enseignant chercheur des ENV • Vétérinaire dans la recherche scientifique • Vétérinaire de l’industrie pharmaceutique Et la liste n’est pas exhaustive, il existe une multitude de métiers vétérinaires, plus ou moins connus du grand public. 3) La pratique de la médecine vétérinaire Grâce à la reconnaissance du diplôme par L’Association Européenne des Etablissements d’Enseignement Vétérinaire (AEEEV), le praticien peut exercer son métier en France mais également dans toute l’Union Européenne. L’insertion professionnelle post-études se fait rapidement, les jeunes diplômés intègrent le monde du travail dans divers secteurs. Ils sont environ 47% à choisir d’être Docteur vétérinaire pour les animaux de compagnie par exemple ; ou encore 14% à s’occuper des bovins, ovins et autres animaux de production. Même si la plupart des vétérinaires s’installent en libéral, la diversité des métiers entraîne une pratique toute aussi élargie. En effet, on pense moins souvent aux vétérinaires des parcs zoologiques, des parcs naturels, les vétérinaires experts, ceux qui se spécialisent dans telle ou telle faune sauvage, mais aussi les vétérinaires des armées. Niveau salaire, le vétérinaire commence sa carrière en gagnant plus ou moins 3000€ en libéral. Les salaires seront un peu plus bas pour les praticiens et praticiennes débutants de la fonction publique (environ 1700€). Le métier de vétérinaire est donc difficile d’accès de part sa grande sélection aux concours, par la densité des apprentissages, et il l’a été d’autant plus pour les femmes. La profession a longtemps été uniquement masculine, les femmes étant plus encouragées à être des assistantes vétérinaires. Mais le développement progressif du nombre d’étudiantes dans les Ecoles Vétérinaires a doucement inversé la tendance. En 2010, les hommes représentaient encore 60% des praticiens, mais la parité homme-femme a été atteinte en 2017 avec 9119 hommes et 9119 femmes recensés au 1er février de cette année. C’est assez rare pour être noté, les métiers vétérinaires sont donc riches académiquement, professionnellement mais aussi humainement. Un bon ou une bonne vétérinaire, en plus d’être passionné par les animaux, est une personne disponible, réactive et doit avoir confiance en soi et en son travail.

Comment devient-on assistant ou assistante vétérinaire ?

L’Assistant vétérinaire, ou Auxiliaire spécialisé vétérinaire (ASV) ou encore Auxiliaire vétérinaire qualifié (AVQ), assiste le vétérinaire dans son métier dans le soin aux animaux et s’occupe de la gestion administrative et du secrétariat du cabinet.

Les formations d’Assistant vétérinaire sont d’une manière générale assez accessibles. L’Assistant vétérinaire doit être une personne polyvalente et organisée. Il constitue le bras droit du Docteur vétérinaire et exerce son métier sous la responsabilité de celui-ci. Ses missions sont loin d’être secondaires auprès des animaux, elles constituent un véritable métier de service.

L’accès à la profession : études, formations et diplômes.

Les métiers de l’assistance vétérinaire

En cabinet, en clinique, ou en centre hospitalier vétérinaire, il existe divers métiers. Le vétérinaire n’exerce pas tout seul sa profession.

Le personnel qui l’assiste est constitué des personnes en charge du nettoyage et de l’entretien des locaux (ce métier n’exige pas de qualification particulière) ; d’un ou d’une secrétaire vétérinaire qui ne travaille pas non plus en contact direct avec les animaux mais accueille les clients, gère les tâches administratives, et s’occupe de la partie vente des articles vétérinaires.

Il y a aussi l’Auxiliaire de Santé Animale (ASA), qui lui est en contact avec les animaux et assiste le vétérinaire pour les soins, les consultations, les examens, et les radios à effectuer.

Ce métier est accessible par une formation simple mais non délivrée par l’Etat, à la différence des diplômes d’Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire et d’Auxiliaire Vétérinaire Qualifié.

Assistant vétérinaire : un diplôme d’Etat

Il existe deux diplômes qui permettent d’accéder au statut d’Assistant vétérinaire. Ces diplômes sont délivrés par le Groupement d’Intérêt Public Formation Santé Animale et Auxiliaire Vétérinaire  (GIPSA). Ce groupement a été créé en 2005 par le Ministère de l’Agriculture et le Syndicat National des Vétérinaires d’Exercice Libéral.

Le GIPSA certifie les qualifications d’Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire (ASV) et Auxiliaire Vétérinaire Qualifié (AVQ). Attention donc, à certaines formations payantes proposées par des écoles privées qui ne seraient pas reconnues ni par l’Etat français ni par la profession.

Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire (ASV) / Auxiliaire Vétérinaire Qualifié (AVQ) : Quelle différence ?

– L’Auxiliaire Vétérinaire Qualifié (AVQ) exerce les mêmes missions qu’un Auxiliaire de Santé Animale (ASA). La différence est la certification professionnelle, celle de l’Auxiliaire Vétérinaire Qualifié (AVQ) équivaut au niveau Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) ou Brevet d’Etudes Professionnelles (BEP). Le diplôme est accessible aux personnes ayant été scolarisées jusqu’en Première et qui ont obtenu l’accord pour passer en Terminale. Il se prépare en une année.

– Pour devenir Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire (ASV) en revanche, il faut suivre une formation de deux ans après l’obtention du Baccalauréat. La préparation est aussi accessible aux élèves de Seconde générale, technologique ou professionnelle, qui passent en Première et suivi d’une expérience professionnelle de deux ans.

Le contrat de professionnalisation s’effectue en alternance dans un centre appelé APForm-Gipsa. Il en existe 11 sur le territoire français : à Toulouse, Lyon, Rambouillet, Nancy, Boulogne, Bourg-en-Bresse, Gardanne, Blanquefort, La Réunion, Laval et Lens.

L’Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire (ASV) est donc plus qualifié que l’Auxiliaire Vétérinaire Qualifié (AVQ). En effet, ils ont les mêmes missions mais auxquelles s’ajoutent des compétences comptables plus approfondies, la charge d’examens complémentaires …etc, pour l’Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire (ASV).

Le métier d’Assistant vétérinaire : des missions multiples et concrètes

L’Assistant vétérinaire : l’interface entre le vétérinaire, les animaux et les clients

En plus d’avoir des missions multiples et pluridisciplinaires, l’Assistant vétérinaire travaille en étroite relation avec les trois principaux acteurs des cliniques et cabinets vétérinaires :

– Auprès du vétérinaire : lors des consultations et des opérations il assiste celui-ci. Il veille aussi à la préparation, l’installation, et au nettoyage du matériel clinique afin de respecter les normes d’hygiène strictes.

Il effectue également un travail de secrétaire médical en veillant à la bonne organisation du planning du vétérinaire, la réception du courrier, les facturations des clients, ou encore la gestion des commandes de produits et de médicaments.

– Auprès de la clientèle : l’Assistant vétérinaire accueille, oriente et conseille les clients accompagnés de leurs animaux. Il a aussi un rôle de commercial avec la vente des divers produits vétérinaires spécialisés présents au cabinet ou à la clinique vétérinaire (accessoires comme les laisses ou colliers, les différents choix de croquettes, pâtés et autres aliments, les soins avec les shampoings, les médicaments hors prescription…etc).

– Auprès des animaux : il est leur infirmier. Il réalise des soins simples tels que la coupe des griffes, le bandage ou encore le nettoyage et traitement des yeux, les prises de sang et d’urine. Il peut aussi surveiller l’état de l’animal post-opération, de l’installation dans les cages jusqu’à l’administration des traitements.

Les évolutions de carrière de l’Assistant vétérinaire

Une spécialisation est possible dans plusieurs catégories d’animaux en fonction des affinités de l’Assistant vétérinaire (animaux domestiques, animaux d’élevages, Nouveaux Animaux de Compagnies (NAC)… ).

Son rôle diverge aussi en fonction du lieu d’exercice, il sera par exemple plus administratif en zone rurale lorsque le vétérinaire est en consultation dehors, qu’en zone urbaine où ce sont les soins qui seront le plus pratiqués.

Bien qu’aucune passerelle n’existe entre le métier d’Assistant Vétérinaire et celui de Vétérinaire, l’Assistant Spécialisé Vétérinaire (ASV) pourra néanmoins obtenir plusieurs débouchés. En effet, son diplôme lui donne de facto le « Certificat de capacité des animaux de compagnie » et permet d’évoluer dans les métiers des animaleries, des élevages ou encore dans des refuges par exemple.

De plus, l’Auxiliaire Vétérinaire Qualifié (AVQ) peut devenir Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire (ASV) en poursuivant sa formation et en intégrant la deuxième année d’Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire (ASV).

L’emploi et les prérequis de l’Assistant Vétérinaire

Il existe aujourd’hui en France, environ 15000 auxiliaires vétérinaires, dont la plupart sont des femmes. Ils et elles exercent en cabinets, en cliniques, ou encore en centres hospitaliers vétérinaires.

Le salaire débutant est d’environ 1500€ et peut aller jusqu’à 2000€ par mois en fin de carrière.

L’Assistant vétérinaire doit faire preuve de sang froid et être patient avec les animaux, mais il doit aussi être bienveillant et pédagogue auprès des propriétaires de ces derniers. Il doit avoir une bonne condition physique, et une très bonne organisation pour pratiquer ce métier pluridisciplinaire.